• sustainable100% durable (ESG)
  • stock-controls100% d'actions possible
  • fees100% de transparence en matière de frais
  • secure100% sécurisé par une banque privée suisse
  • La stratégie de variance minimale et la durabilité permet d'obtenir de meilleurs résultats

    L’étude scientifique «Who Cares Wins» (2005) a montré clairement que le fait d’intégrer dans les décisions de placement des facteurs environnementaux et sociaux et des facteurs de gouvernance induit une amélioration des marchés financiers – et, de ce fait, conduit à un monde plus durable pour notre société. Toutefois, de nos jours, on prétend encore souvent qu’en mettant l’accent sur le respect des critères ESG, on obtiendrait des rendements inférieurs. Or, ce n’est pas le cas. L’investissement durable ne signifie pas que les investisseuses et les investisseurs devraient choisir entre le rendement et une bonne conscience. Bien au contraire.


    Comment les placements ESG donnent lieu à des résultats particulièrement bons

    De par leur nature même, les placements ESG sont synonymes de minimisation des risques et, pour cette raison, génèrent de meilleurs rendements. Surtout lorsqu’on associe l’approche ESG avec la stratégie à variance minimale. Selon notre expérience, c’est précisément dans cette combinaison que les critères ESG jouent à plein. Ce n’est donc pas un hasard si nous avons opté pour la mise en œuvre des critères ESG pour nos portefeuilles à variance minimale. Les effets de l’intégration des critères ESG dans nos décisions d’investissement n’affectent que marginalement notre style de placement («variance minimale» ou «minimum volatility»):

    variance-minimale

    Si nous augmentons p. ex. de 30% le score ESG, notre stratégie de risque minimum n’est «entravée» qu’à raison de 7%. De cette façon, même en mettant en œuvre les critères ESG dans leur intégralité, nous pouvons également poursuivre nos objectifs, à savoir réaliser une performance adaptée aux risques avec amortisseur de risque en cas de crises financières sans faire de compromis importants. Cette approche a fait ses preuves: pendant la grande crise financière de 2008, nos portefeuilles «variance minimale» ont en effet affiché des résultats nettement supérieurs à ceux des stratégies indicielles traditionnelles.


    Le placement suivant la stratégie à variance minimale

    Ce style de placement est aussi appelé «placement à risque minimal» ou approche «volatilité minimale». Cela signifie que des actions qui présentent des fluctuations de cours plutôt importantes – p. ex. des géants de la technologie comme Amazon, Google ou Tesla – sont moins fortement prises en compte. Parallèlement, les risques de concentration, qui sont usuels dans les placements indexés, sont éliminés. Chez Descartes Prévoyance, par exemple, les actions provenant des États-Unis sont nettement sous-pondérées alors que nous sommes plus fortement engagés en Asie. De cette façon, nous obtenons une plus large diversification et réduisons simultanément les risques de marché. En tant qu’investisseurs, vous ne vous exposez à aucun pari inutile.
     

    Catégories:
    Retour à vue d'ensemble

    Articles associés